Article : Le lait est-il vraiment bon pour les articulations ?

Le lait est-il vraiment bon pour les articulations ?

Partager sur FaceBook
Isabelle JAMIN / Théme : Article presse
Plublié le Mer. 03 Sep. 2014 à 09:10
Mis à jour le : Mer. 29 Oct. 2014 à 22:46
 

Depuis quelques années, des médecins soupçonnent les produits laitiers d’être à l’origine de nombreux maux, dont les troubles articulaires. Alors que la majorité du corps médical se rallie auProgramme national nutrition santé (PNNS) qui recommande trois laitages par jour, des voix discordantes les accusent de favoriser des dysfonctionnements au sein de l’organisme et de générer de nombreuses pathologies. Contre toute attente, celles-ci ne se limitent pas à la sphère digestive, et des problèmes articulaires peuvent apparaître.

Justifiées ou pas, ces accusations finissent par semer le doute : « La relation entre lait et articulations constitue un sujet de questionnement chez nos patients, confient les Dr Catherine Hernandez et Jean-Paul Bernard, respectivement nutritionniste et rhumatologue aux thermes d’Aix-les-Bains. Beaucoup arrêtent d’en consommer avec l’espoir d’atténuer leurs souffrances, au risque de se retrouver carencés. »

Le lactose sur la sellette

D’emblée, le supposé rapport entre laitages et articulations laisse perplexe : comment la consommation de lait, de yaourt ou de fromage peut-elle avoir une répercussion sur les cartilages, les tendons ou les ligaments ? Dans le camp “antilait”, on incrimine son sucre (lactose), mais aussi ses protéines.

Le lactose est une molécule complexe, composée de galactose et de glucose. Pour être assimilée, elle doit être scindée en deux dans le tube digestif par une enzyme, la lactase. Celle-ci est présente chez les enfants jusqu’à 6-7 ans, puis disparaît à l’âge adulte chez 85 % de la population. « Passé cet âge, nous n’en avons plus besoin, puisque notre alimentation est diversifiée.

La plupart des adultes ne digèrent pas le lactose qui se retrouve comme un corps étranger dans le système digestif. Le lait est alors considéré comme un poison : ses différents composants provoquent des effets toxiques dans l’intestin et s’infiltrent à différents endroits du corps, dont les articulations, où ils génèrent des inflammations », explique-t-on à l’Association du Dr Jean Seignalet, l’un des premiers médecins à avoir mis en évidence le lien entre consommation de laitages et problèmes de santé.

Les protéines laitières aussi accusées

Les détracteurs accusent aussi les protéines laitières, auxquelles nous ne serions pas adaptés. « Le lait contient des protéines spécifiques d’espèces qui ne sont pas interchangeables, alerte le Dr Jean-Pierre Poinsignon, rhumatologue. Lorsqu’on donne du lait de vache à un nourrisson, on le vaccine contre les maladies bovines ! Dès lors, on perturbe le système immunitaire. Or, sur un terrain génétique favorable, cette perturbation peut favoriser à l’âge adulte des maladies auto-immunes comme la polyarthrite, les rhumatismes… » Le problème, c’est que rien n’a jusqu’à présent été prouvé et que ces allégations reposent non sur des preuves scientifiques, mais sur de simples constatations. Et là, on entend tous les sons de cloche ! « Après avoir conseillé de supprimer tout produit laitier, j’ai constaté chez une majorité de patients une amélioration des symptômes inflammatoires. Chez d’autres, les tendinites ont disparu », avance le Dr Poinsignon.

Danger du lait : aucune preuve scientifique

Cependant, les expériences ne s’avèrent pas toujours fructueuses : « En l’absence de preuves scientifiques, on ne peut se fier qu’à notre pratique clinique courante, j’ai donc réalisé une étude sur 60 de mes patients souffrant de troubles articulaires, détaille le Dr Hernandez. Il y en a 59 pour lesquels rien n’a changé et 1 dont la vie a été transformée. Mais on ne peut pas généraliser à toute la population.»

Dans le doute, la quasi-unanimité des médecins conseillent, s’il y a des douleurs articulaires avérées, de supprimer tous les produits laitiers (vache, chèvre, brebis…), pendant trois à quatre semaines. « Dans le cas d’une amélioration, et seulement dans ce cas-là, il peut être intéressant de les exclure de son alimentation pour diminuer le supposé effet inflammatoire », conseille le Dr Catherine Serfaty, nutritionniste.

Surveiller ses apports en calcium

Mais ne risque-t-on pas alors des carences en calcium ? Dans le camp “antilait”, on enfonce le clou : « Le calcium laitier est peu assimilé par l’homme, souligne le Dr Poinsignon. De plus, en France, les apports recommandés sont gonflés : 900 à 1 200 mg par jour selon les types de population, alors que l’Organisation mondiale de la santé les estime à 600 mg ! Une alimentation équilibrée, sans laitages, satisfait largement nos besoins sans craindre de carence ! » Dans le rang des “classiques”, on reste prudent : « Supprimer les laitages expose à de nombreuses carences, souligne le Dr Catherine Hernandez. Et pas seulement en calcium, mais aussi en protéines, acides gras et vitamines. Pas question donc de ne plus en consommer sans raison valable. » Le Dr Catherine Serfaty renchérit : « Sans produits laitiers, il est impératif de se supplémenter en calcium. Et d’augmenter la consommation d’aliments qui en sont riches. »

Partager sur FaceBook

5 derniers articles

  • Objectif Bien-Être 2017 - 2018

    7 Ateliers : relaxation, exercice physiques, beauté pour s'accorder du temps à soi et cultiver son bien être au quotidien.
    Le thème de cette nouvelle édition :
    Un chemin vers la détente et l'apaisement

    Découvrir : Objectif Bien-Être 2017 - 2018
  • Déterminante Santé

    Article intéressant paru sur internet et qui interroge la pertinence de la toute puissance du médecin. J'apprécie la simplicité de l'argumentaire (la plupart du temps...) et je me dis qu'il y a moyen de travailler en bonne intelligence avec les médecins, en amont ou en complément de leur travail.

    Découvrir : Déterminante Santé
  • Les usages méconnus de l'eau (1) : les usages externes

    L'usage de l'eau pour faire de la santé est trop souvent relié à l'usage de la boisson ou à celle des cures thermales. En fait, ses usages sont multiples, simples et peu coûteux.

    Découvrir : Les usages méconnus de l'eau (1) : les usages...
  • Comprendre le cancer

    Le cancer est une maladie malheureusement de plus en plus courante. Elle n'est pas pour autant une fatalité, et bien des éléments de notre hygiène de vie sont des facteurs aggravants sur lesquels il est possible d'agir.

    Découvrir : Comprendre le cancer
  • Objectif Bien Être - Edition 2016 - 2017

    7 Ateliers : relaxation, exercice physiques, beauté pour s'accorder du temps à soi et cultiver son bien être au quotidien

    Découvrir : Objectif Bien Être - Edition 2016 - 2017

Dans le même thème

Isabelle JAMIN

Praticienne de Santé - Naturopathe
Accompagnante Psycho-Emotionnelle

Logo Naturabelle Naturabelle

Informations

Téléphone
06 64 87 29 90
 

Cabinet de consultation

Adresse
64 rue Jean Bernard
55000 BAR LE DUC
Meuse
Marne
Haute-Marne
Meurthe-et-Moselle

Plan - Accès

 
© Isabelle Jamin - Naturabelle - Naturopathe-iridologue ISUPNAT (Institut Supérieur de Naturopathie Paris) - Accompagnante Psycho-Emotionnelle et Développement Personnel (Qui je suis... / Mon parcours). Experte en nutrition, gestion de stress, hygiène de vie (vie personnelle et qualité de vie au travail), formée en micro-nutrition. Techniques de massage et relaxation.
Spécialisée dans la préparation, le suivi et la récupération sportive.
Conférencière grand public, entreprises et associations sportives. Rédactrice de contenus Internet pour des organismes professionnels de santé.
Cabinet facilement accessible depuis Bar-le-duc, Verdun, Commercy, Saint-Mihiel, Ligny-en-Barrois, Clermont-en-Argonne, Revigny-sur-Ornain, Sainte-Ménehould, Vitry-le-François, Saint-Dizier et Joinville